COREE : commentaires étonnnés

Page précédente Retour à l'album sur la Corée Page suivante

Le social face à l'économie de guerre

Grande tour de SéoulLe week-end en Corée dure un jour, car les coréens travaillent 6 jours sur 7. Le gouvernement se demande actuellement s'il est possible de passer à 5 jours sur 7... mais c'est loin d'être sûr (comme si l'expérience d'autres pays occidentaux ne comptait pas !) et ils vont mener une expérience qui consiste à passer des entreprises à 5 jours et voir ce qui se passe...

Je trouve ce test très vicieux, car il me parait évident que le choix de passer à 5 jours de travail sur 7 est avant tout une décision politique... d'un point de vue économique, comme le diraient nos chers auteurs français du XIXième, plus on travaille, plus l'entreprise se fait d'argent, ce qui, dit autrement, veut dire que les entreprises coréennes qui vont passer à 5 jours sur 7 vont être moins compétitives que les entreprises qui restent à 6 jours sur 7... et que l'expérience risque bien sûr de conclure que cela ne marche pas !

Aujourd'hui, les coréens sont en état de quasi-guerre (e.g. on trouve des masques anti-fumée dans les chambres des hôtels, ainsi que les instructions concernant les exercices réguliers d'évacuation). C'est un état d'esprit justifiant l'inexistence de tout système de protection sociale, et ce n'est pas avec un petit test que l'on va changer les choses. C'est plus un moyen de faire patienter les gens quelques années de plus (de "gagner du temps") à 6 jours de travail sur 7, histoire de rester un Dragon en développement rapide.

D'un autre côté, le rapprochement des deux Corées, en cours, risque de ne pas arranger les choses, les salaires réclamés par les gens du Nord étant sûrement plus petits encore, et les journées acceptées par eux plus longues encore (cf. ce qui s'est passé pendant la réunification de l'Allemagne).

La présence américaine

Je n'ai ressenti nulle part en Asie la force d'une présence d'occupation militaire comme j'ai pu la ressentir en Corée. Il y a tout d'abord, bien sûr, un nombre impressionnant de militaires américains à l'aéroport dans la queue pour la douane. Mais je dois dire que l'expérience la plus troublante tient à la fois de mes lacunes en géographie et de ma curiosité.

Je ne savais pas, lors de mon premier voyage, où se trouvait Séoul en Corée (Nord, Sud, Centre, Est, Ouest, ??? et vous, vous saviez avant de voir la carte de la page d'accueil ?). J'avais bien sûr une vision globale de la carte (la forme du pays), mais pas plus. Un bon moyen à l'hôtel, quand on se pose la question sans vraiment se la poser (i.e. sans se donner les vrais moyens d'y répondre) est de regarder la télévision. En effet, le moindre bulletin météo va donner les grandes villes. Alors, j'ai vu les cartes en coréen présentées par des présentateurs en coréen... c'est incompréhensible pour un occidental comme moi : les caractères coréens, originaux (alphabet qui, assemblé, ressemble à des caractères Chinois, mais n'en sont pas), sont "difficiles" à comprendre.

Du coup, j'ai zappé, et je suis tombé sur la chaine de l'armée américaine. Nouvelle impression d'occupation du pays. Mais ce n'est pas tout. En attendant un peu, je suis tombé sur un bulletin météo... cruelle déception. Pas de Séoul. Juste des villes de garnison, appelées "forts", mais rien sur la géographie "économique" du pays. Pour les américains de base, qui occupent le terrain, la seule chose qui compte ce sont leurs forts. Mais pas le pays dans lequel ils résident.

Page précédente Retour à l'album sur la Corée Page suivante

Retour en haut de page : retour en haut de page
Accès au sommaire, http://mesvoyages.net
Voyages et Environnement, le site de Philippe OssetCompteur

Quand la pluie commence à tomber, lave toi les cheveux.

Afrique du Sud, Argentine, Bolivie, Chili, Corée, Costa Rica, Egypte, Espagne, Finlande, France, Grèce, Grande-Bretagne, Hongkong, Inde, Indonésie, Italie, Japon,
Kazakhstan, Kirghizistan, Madagascar, Maroc, Mexique, Népal, Norvège, Pérou, Pologne, Portugal, Suisse, Tanzanie, Tchéquie, Thaïlande, Tunisie, URSS, Uruguay, USA, Venezuela, Vietnam