AFRIQUE du SUD : Août 2006 - Fleurs

Trajet suivi pendant le voyage


Page précédente Retour au sommaire des voyages en Bolivie Page suivante

Une petite période au printemps permet de voir fleurir le Namakwaland (en vert clair sur la petite carte plus haut). "Tout le monde" en parle sur place quand la période approche ! Et ainsi, j'ai croisé d'abord des gens qui me disaient qu'il faudrait que j'aille me balader là bas... puis des gens qui m'ont dit que le moment était venu et qu'il ne fallait pas traîner... et je n'ai pas traîné ! Cela tombait dans mon plan de marche d'aller tout au sud de la zone, même si on m'avait dit que le nord était plus joli - plus au nord, c'étaient 600 km A/R de plus, au moins, soit deux nuits de moins au Cap.

Et qu'y voit-on ? Des fleurs ! Des milliers de fleurs qui poussent naturellement, sans entretien, sans engrais... dans toutes les prairies, les champs etc. Elles sont de toutes les couleurs, très jolies ! Comme le précise le Lonely Planet, il faut rouler dos au soleil pour profiter au mieux du spectacle en voiture, car les fleurs se tournent vers le soleil. Mais le mieux est de s'arrêter et de marcher dans ces champs.

J'ai ainsi profité du spectacle, avant que trop de pluie ou trop de soleil ne fasse disparaître les fleurs - un maximum de 2 à 3 semaines de floraison.

A côté de cela, un élément marquant de l'Afrique du Sud est le feu. Pas celui qu'on allume dans les cheminées en montagne. Plutôt celui que l'on voit sur les cartes à la météo, celui qui brûle incontrôlé dans des zones dont la surface dépasse celle de la France ! J'en ai croisé plusieurs sur ma route à l'intérieur des terres. Des petits, qui crament la paille le long des bas-côtés, des gros qui s'attaquent aux arbres... si bien que parfois on a des nappes de fumées qui couvrent la route. Il faut y rouler avec soin comme dans du brouillard, et je mettais la clim en fonctionnement "recyclage d'air", toutes vitres fermées, pour minimiser l'entrée de fumée dans la voiture.

Les pompiers locaux ne font rien pour éteindre ces feux, il y en a trop, ils sont trop étendus. J'en ai vu seulement à l'entrée du parc Golden Gate... alors que c'était déjà bien brûlé là-bas. J'imagine qu'ils s'en occupent quand les villes sont menacées.

A voir les herbes repousser sur des touffes de brûlé, cela repousse vite.



Page précédente Retour au sommaire des voyages en Bolivie Page suivante

Retour en haut de page : retour en haut de page
Accès au sommaire, http://mesvoyages.net
Voyages et Environnement, le site de Philippe OssetCompteur

Afrique du Sud, Argentine, Bolivie, Chili, Corée, Costa Rica, Egypte, Espagne, Finlande, France, Grèce, Grande-Bretagne, Hongkong, Inde, Indonésie, Italie, Japon,
Kazakhstan, Kirghizistan, Madagascar, Maroc, Mexique, Népal, Norvège, Pérou, Pologne, Portugal, Suisse, Tanzanie, Tchéquie, Thaïlande, Tunisie, URSS, Uruguay, USA, Venezuela, Vietnam